Histoire de chocolat – “La dame au chocolat chaud”

EMMITOUFLÉE dans son grand manteau d’hiver, la dame poussa la porte de l’établissement avec la plus grande des élégances. Vêtue de ses gants de cuir, d’un grand chapeau et d’une large écharpe blanche en laine, on devinait à peine ses grands yeux marrons verts et ses joues rosies par le froid.

Dehors, la température approchait les zéros degrés.

La femme se dirigea vers une petite table près du piano, où elle aimait à se laisser rêver au son des  notes douces et enivrantes.

Dans la salle, quelques personnes discutaient tranquillement
tandis que le crépitement de la cheminée donnait le rythme du temps qui passe.

Un serveur s’approcha d’elle :

– “Qu’est ce que je vous sers ?

– “Un chocolat chaud,”répondit-elle, levant à peine la tête.

Plus loin, près du bar, un homme s’approcha du serveur. “Laissez-moi faire,” indiqua-t-il en se dirigeant vers la cuisine avec la commande.

Quelques minutes plus tard, l’inconnu revint avec le chocolat encore fumant et le présenta à la femme plongée dans son livre. De ces douces mains, elle prit alors la tasse, la porta à ses lèvres et en dégusta une première gorgée avant de la reposer, interloquée

– “Comment avez-vous su ?” lui demanda-t-elle.

– “Votre parfum fruité a embaumé la pièce lors de votre arrivée, révélant une nature plutôt épicée. Votre démarche assurée a montré une tendance pour des saveurs plutôt corsées tandis que votre manière de vous poser seule à cette table a reflété une sensibilité toute particulière.”

– “Oui, mais ce chocolat, ces épices, cette texture, cette personnalité intense ? Comment avez-vous fait ?

– “Madame, un artiste ne peut exister sans l’inspiration de sa muse. Vous étiez la mienne ce soir.”

Accroc au chocolat chaud

JE suis accroc au chocolat chaud.

Tout a commencé par le traditionnel chocolat chaud de notre enfance, celui que l’on prenait avant d’aller à l’école ou  à l’heure du goûter et la plupart du temps, un petit lapin d’une marque bien connue était le compagnon de ces moments réconfortants.

Venu l’âge adulte, les goûts évoluent et la poudre chocolatée a trouvé place au fond du placard, abandonnée comme les poupées que l’on laisse seules après des années d’une relation presque fusionnelle.

Et puis un jour, arrive comme un manque qui se fait sentir à un moment où on s’y attend le moins. Ça commence par une fin de repas où l’on vous propose un chocolat chaud comme alternative à un café non désiré ou une simple envie de terminer son repas sur une saveur chocolaté à défaut d’un moelleux non présent à la carte ce jour là.


Puis cela évolue vers un désir et la curiosité de découvrir la meilleure adresse pour cette boisson si forte en souvenir. Car au-delà de son goût qui séduit beaucoup de papilles, le chocolat chaud offre de part sa texture et ses saveurs, une sensation de réconfort, de chaleur et de bien-être que peu de boissons détiennent.

Cette quête vers un chocolat chaud de qualité est cependant une mission plus compliquée qu’il n’y parait. Trop de lait, poudre de mauvaise qualité et sans saveurs, teneur en sucre trop élevé, les mauvaises expériences sont nombreuses et peu d’établissements de restauration, quelque soit leur catégorie d’ailleurs, y attachent une grande importance… au grand désarroi des non-buveurs de café ou de thé.

Restent alors les grands chocolatiers tels que Paul A Young  ou Artisan du Chocolat à Londres qui proposent probablement l’un des meilleures recettes ou encore Jean Paul Hevin, Cacao et Chocolat et Angelina à Paris – entres autres – pour trouver un chocolat chaud de qualité, pleine de saveurs, celui qui vous réchauffe le cœur lors d’un après midi d’hiver.

Du côté des offres à emporter, les boutiques Amorino dans le centre de Paris offre une sélection de 28 saveurs différentes mais dont la texture assez dense manque un peu de naturel. Paul est également une bonne adresse sur le chemin du travail ou pour une pause goûter. Et encore bien d’autres à découvrir …

A la maison, la traditionnelle poudre est lentement remplacée par des bâtonnets que l’on trempe dans une tasse de lait chaud apportant une touche plus distinguée et unique lors de leur présentation aux invités à la fin du repas.

Le concept est simple : un bâtonnet en bois surmonté d’un bloc chocolat que l’on plonge dans  une tasse de lait chaud et que l’on remue pour obtenir la boisson qui réchauffe nos coeurs.

On compte parmi les idées intéressantes la marque Belge Choc-o-lait qui décline sa gamme en 9 saveurs dont lait, noir, noisette, speculoos, cointreau, etc. (disponible à la distribution en France via www.azoaboutique.com),  ou encore la marque autrichienne Zotter qui propose des mini barres au goût très intense.

Pour ceux qui seraient plus café ou thé, La Cuillère Suisse commercialise sa gamme Allumette qui vient  remplacer la traditionnelle amande recouverte de chocolat ou le spéculoos sur le bord de la tasse.

Mais … ne serait-ce  pas l’heure d’un chocolat chaud?

Recette de chocolat chaud  – 1 personne
40g de chocolat en poudre ou en copeaux (non sucré)
200g de lait
40g de crème
12g de sucre
Une pincée de sel

Faire chauffer le lait, la crème, le sucre et le sel dans une casserole.
Dans un bol, mélanger avec précaution un fond du mélange lait/crème avec les copeaux de chocolat  jusqu’à l’obtention d’une pâte.
Verser cette pate au reste de lait chaud et laisser refroidir.
Passer le mélange dans une fine passoire et réchauffer pour servir.