Une semaine (pas tout à fait) comme les autres

WEEK. Il y avait un parfum de gourmandise dans l’air il y a une quinzaine de jours. Comme une envie de vivre l’aliment dans toutes ses saveurs. A croire que  les températures en baisse amenaient le corps à trouver son réconfort par le contact de la chaire.

Après un week-end dans le monde chocolaté, il s’agissait de faire de nouveau place au salé et redonner au corps son équilibre afin de se sentir ‘Vivant‘. Alors Pierre Jancou, propriétaire du dit-lieu concocta des assiettes des plus réconfortantes entre Boudin noir, Poulpe de Galice, Potimarron ; Gigue de Chevreuil, Tombée de cresson,  Noisettes pour finir sur une Tartelette Cacahuète, le tout accompagné d’une sélection de vins qui ne laissa pas la tablée insensible.

Une telle soirée appelait un retour au partage, à la découverte et ce fut justement le cas le mardi midi où quelques connaissances journalistiques au palais bien affuté se laissèrent guider et tombèrent sous le charme de La Classe, une adresse hors des sentiers foodies mais qui vaut le coup qu’on s’y arrête..

Mercredi mena les papilles en mode rendez-vous vers Le Petit Verdot. Mais si l’adresse fut choisie, ce n’est pas par le plus grand hasard. Mais plutôt par un véritable coup de cœur grâce à un homme de goût, de justesse et de pertinence gustative comme on en rencontre peu ou alors, ici et maintenant et nulle part ailleurs ..

Ironie du sort, le jeudi soir avait lieu la remise des prix du Festival de la Photographie Culinaire. Celle qui vous fait saliver les papilles, justement. Celle qui vous fait voyager des kilomètres pour transformer l’expérience visuelle en moment inoubliable. Curieusement, les participants devaient réfléchir autour de la thématique de l’œuf… Être et renaitre semblait décidément flotter dans l’air cette semaine…

Vendredi fut un moment privilégié pour la foodista qui fut l’invitée d’honneur du Vin des Femmes. Car après tout, pourquoi ne pas remettre la carte des vins à la gente féminine ? Cette initiative, menée par Muriel, une femme passionnée, réunie des expertes, des journalistes et des téléspectatrices de la RTBF pour élire le vin ou le champagne qu’elles aimeraient voir à la carte des restaurants. Alors de bulles en papilles, l’assemblée se laissa séduire par de jolies bouteilles (bientôt dévoilées !) associées aux plats imaginés par le chef du Prieuré St Géry.

Plus tard dans la soirée, à quelques kilomètres de Bruxelles, deux frères à l’accent français mais au cœur belge (ou est-ce l’inverse) nous accueillirent dans leur tablier de lumière chez Couvert Couvert. Une table longtemps attendue, un moment longtemps espéré et le rêve pris enfin forme. Celui de Noix de Saint- Jacques,bouillon aux algues et thé vert, de Merlu de ligne,châtaignes et gingembre, de Langoustines au potiron, cacahuètes et menthe. de Foie gras poêlé,betteraves,poire et café, de Poule faisane, oseille et maïs fumé, de Cake à la carotte, pommes et sorbet au yaourt et de Chocolat amer et agrumes de Michel Bachés. En fin de repas, la bouteille de whisky pris place sur la table comme pour donner une excuse à une soirée qui ne devait pas se terminer. Tard dans la nuit, les au-revoir avaient plutôt le goût d’une promesse de revenir vite, très vite.

Remis des émotions de la veille, l’estomac réclama une approche plus directe et brutale au rapport culinaire. Alors, c’est sans aucune hésitation que l’engin motorisé se rendit à la Maison Antoine, LA référence en terme frites belges. Et l’on comprend pourquoi après avoir goûté à cette forme la plus populaire de la pomme de terre : légère, croquante et croustillante … La double cuisson fait toujours son petit effet.

Mais point n’en fallait trop car le soir même le rendez-vous était pris avec une des tables dont les papilles tombèrent follement amoureuses quelques mois plus tôt. La Pastorale. Une assiette des bois qui vous plonge au cœur de l’automne, une déclinaison autour du potimarron à réconcilier les plus frileux, une variation délicieuse autour du cabillaud ou encore un chemin sur la route du café. Une fois de plus, la magie opéra et le coup de foudre resta intact. A croire que l’âme sœur culinaire résidait dans ses murs. Et le dernier verre de whisky aux notes mielleuses et tourbées finit de confirmer cette sensation de bien-être.

Un détour par la maisonnée familiale le lendemain matin pour un petit déjeuner célébré autour du Blanc du Blanc de Ruinard. Il y a des dimanches matin qui ont une saveur particulière. Sans doute pour mieux célébrer cette semaine unique … Merci à tous !

Vivant – 43 Rue des Petites Écuries  75010 Paris
La Classe -5 Rue Richer 75009 Paris – +33 1 48 24 79 79
Le Petit Verdot – 75 Rue du Cherche-Midi  75006 Paris – +33 1 42 22 38 27

Prieuré St Géry – Rue Lambot 9  6500 Solre-Saint-Gery – +32 71 58 97 00
Couvert Couvert – Sint-Jansbergsesteenweg 171  3001 Heverlee – +32 16 29 69 79
Maison Antoine – Place Jourdan 1  1040 Etterbeek – +32 2 230 54 56
La Pastorale – Laarstraat 22 2840 Rumst – +32 0 3 844 65 26

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s