Jérôme Bigot : attention, talent.

HUMAINE. Les guides, les blogs, les médias qui sont passés par là ne s’y sont pas trompés. A deux heures de route de notre chère capitale où vrombit une certaine vision de la gastronomie, se tient une adresse qui entend offrir une seule chose : celle de la cuisine du cœur.

Expression mille fois entendue certes mais ici, à Lindry, Jérôme Bigot remet nos compteurs à zéro et nos pieds sur terre pour nous donner une leçon – que dis-je – une claque d’humilité.

Dans cet endroit qui compte 1 273 habitants selon le dernier recensement, la bâtisse sur laquelle on peut lire ‘Les Grès’, nous accueille entre un bureau de Poste et l’église de ce village à peine mentionné sur les panneaux de signalisation.

A l’intérieur, un bar, quelques tables, des chaises de bistrot, et un individu type marin au long cours qui a posé ses couteaux et ses marmites après avoir acheté l’endroit pour une bouchée de pain, un jour de brocante.

Cheveux en bataille, tatouages de la Vierge sur l’avant bras droit, jean baillant et le regard ébahi : rien laisse transparaitre le talent culinaire qui se cache derrière ce môme trentenaire. Ses amis les plus proches le décrivent comme sensible, décidé, intuitif, ouvert sur le monde et proche du territoire, à l’image de sa cuisine justement.

C’est d’ailleurs pour ces raisons que les voitures immatriculées en région parisienne font le déplacement. Cet artiste fou de saveurs nous emmène en dehors des sentiers battus auxquels nos palais bo-bo-isés par une ligne gastronomique dictée par le buzz sont habitués.

Ici, les papilles font la rencontre d’un Poulpe pané à l’encre et de son Pesto peu commun de Brède mafana, d’une Truite confite au sel et sucre qui remet le Boudin qui l’accompagne au goût du jour, relevé par des Radis et Oignon façon pickles et le Raifort râpé. Les Petits pois se laissent bercer par l’explosive mousseline de carotte au laurier et son émulsion de crème infusée à la poitrine fumée de la forêt noire qui en déroute plus d’un.

L’Omble à la Citronnelle se fait remarquer par son Beurre blanc au Colombo, rarement rencontré à la carte d’un restaurant. Le Condiment Ail noir et Miso noir qui vient relever le Pavé de bœuf laqué au soja et vinaigre de prune noire est une réelle découverte.

L’aventure se poursuit avec cette Crème glacée au Lait de chèvre et son sirop Rhubarbe & cynorrhodon, tellement gourmande qu’il en a fallu une seconde tournée. La Fraise marinée à la fleur d’oranger, émulsion lait d’amande & fleur d’oranger et surtout sa Pâte de sésame à l’huile d’olive vient conclure ce moment haut en saveurs.

Il ose, il aime et surtout … il se fait plaisir ! Chaque plat est sien, chaque assiette est sienne et peu importe si les clients sont bousculés. Lui, qui mène ce projet à bras le corps et à cœur avec comme seule aide sa maman en salle (en attendant du renfort prévu pour Septembre) et son beau père comme concepteur d’assiette, a voulu donner à sa passion un vrai sens : cuisiner.
Un point c’est tout.

Et pour cela, rien ne l’arrêtera. Ni les longues soirées d’hiver à attendre le client, ni les heures passées seul en cuisine, ni les kilomètres avalés en voiture à la recherche du meilleur produit.

Alors, pour cette belle leçon d’humilité, pour ce talent au bout de ces doigts d’argent, on s’incline, on montre le respect et surtout on promet qu’on va y retourner. Vite, très vite. Parce que si quelqu’un le vaut bien, c’est lui.

Hats-off l’artiste.

Les Grès
9, rue du 14-Juillet
89240 Lindry
+33 9 52 31 64 10

2 thoughts on “Jérôme Bigot : attention, talent.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s