BOCO, une belle leçon d’exception

UN bocal, des bocaux. Cette leçon de pluriel des noms a fait du chemin depuis les bancs de l’école jusqu’à investir le quartier de l’opéra, au numéro trois de la rue Danielle Casanova.

Point de tableau noir (quoique), ni de cahiers à grands carreaux à l’horizon mais le duo de choc composé de Vincent Ferniot, journaliste culinaire et gastronomique, et Simon Ferniot, diplômé de la prestigieuse École Hôtelière de Lausanne et chef d’entreprise, qui ont eu la bonne idée de revoir l’approche de nos classiques culinaires.

Car si la langue française se distingue par ses exceptions, la cuisine détient elle aussi ses règles qu’il fait bon de venir de venir titiller pour la faire évoluer. C’est justement ce doux rêve que les deux passionnés de cuisine désiraient accomplir en réalisant un projet de restauration de bistrot différente, qui mêlerait qualités gustatives et bien-être.


Vincent et Simon se lancent alors dans une idée un peu folle  : proposer des plats à la vente à emporter cuisinés dans … des bocaux. Pour que le concept remporte l’adhésion du public, les deux frères confient la réalisation des recettes aux grands chefs et chefs-pâtissiers. Ainsi, cette bande à Boco, comme ils l’appellent,  travaillent main dans la main pour créer des plats à base de produits 100% bio formant un menu complet à 15 €.

Chaque midi, BOCO se remplit de foodies venus se délecter des petites merveilles d’Anne Sophie Pic, chef étoilée du Restaurant Pic***, d’Emmanuel Renaut, chef au Flocons de Sel** à Megève, de Gilles Goujon, chef de L’Auberge du Vieux Puits*** à Fontjoncouse.

Les amoureux des desserts se régalent des créations sucrées de Christophe Michalak du Plaza-Athénée à Paris et de Frédéric Bau, de L’École du Grand Chocolat Valrhona & du Restaurant Umia à Tain l’Hermitage sans oublier les recettes de Vincent Ferniot. Difficile de succomber à une pause déjeuner concoctée par de si belles références.

Ratatouille à l’ananas frais ; Lasagne de polenta, champignons aux épinards ; Cheesecake onctueux mangue-passion : les plats sont gouteux, savoureusement cuisinés et adaptés à tous les appétits et les budgets. On y trouve aussi sur le grand tableau noir des croques monsieur et des jus de fruits frais.

Le public est conquis, qui dit ainsi adieu aux traditionnels assiettes et couverts. Vincent et Simon ont réussi leur pari et ont fait des bocaux l’exception culinaire qui confirme la règle de notre bonne cuisine française de bistrot. Bravo !

BOCO
3, rue Danielle Casanova,
75001 Paris
01 55 35 37 90
www.bocobio.com

3 thoughts on “BOCO, une belle leçon d’exception

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s