Paris des chefs, quand cuisine et création se retrouvent

CHOISIR un restaurant relève de plusieurs critères : la renommée du chef, la qualité du menu, l’atmosphère et les envies du moment.

Une fois installé autour de la table, on prend un certain plaisir à découvrir la carte, laissant nos papilles nous guider vers le choix ultime. L’attente monte d’un cran supplémentaire quand le serveur repart avec les commandes, impatient de voir de quoi notre dîner sera fait.

Et puis, quelques minutes plus tard, voilà qu’elle fait son apparition, soutenue par des mains expertes, prête à devenir la star de la table, le temps du repas.

Elle, c’est l’assiette. Elle, la messagère en provenance des cuisines qui transporte l’expression culinaire tant attendue. Elle qui sait surprendre les clients par sa présentation. Que ce soit un plat de pâtes ou la réalisation d’un trois étoile, l’assiette – ou autre type de contenant – joue un rôle primordial dans la réussite d’un plat. Le plaisir des yeux avant le plaisir de la bouche …

Lorsque Paris des chefs s’associe avec Maison & Objet, c’est pour réfléchir sur la thématique : le visible et l’invisible. D’un côté, l’exemple de la cuisine moléculaire où l’on transforme, destructure des ingrédients, des plats pour entretenir le mystère du goût final. De l’autre, les adeptes d’une cuisine plus sage et qui rassure, jouant sur l’esthétisme et mettant l’ingrédient en avant.

Pendant trois jours, plusieurs duos prestigieux de chefs et designers sont montés sur scène pour présenter le fruit de leur réflexion. Cuisine et création, où se trouve la frontière ?

Parmi les intervenants du lundi, la mise en scène duo Giovanni Passerini du restaurant Rino et de la designer Helena Ichbiah a su émerveiller nos pupilles et nos papilles. Ainsi, d’un tour de magie, ces deux créatifs réussissent à transformer une assiette de raviole en un rêve d’enfant, grâce des assiettes recouvertes d’encre thermo sensible. Quand l’assiette fait sa star.

D’après les échos, le samedi et le dimanche eurent aussi droit à leur lot d’émerveillement et d’admiration.

Mais au delà du spectacle, on retiendra surtout les minutes d’émotions qui ont rempli la salle à l’écoute du pâtissier Jacques Genin racontant sa première expérience culinaire dans un restaurant étoilé.

Comme le disait si bien St Exupéry, on ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux”. Peut-être est cela la meilleure définition de l’invisible et visible. L’assiette a beau faire sa star et briller sous les projecteurs mais rien de vaut la beauté d’un plat qui vient du fond du coeur, cuisiné par un chef éperdument amoureux de son métier.

Enhanced by Zemanta

2 thoughts on “Paris des chefs, quand cuisine et création se retrouvent

  1. J’aurais bien voulu voir les assiettes, par exemple “une assiette de raviole en un rêve d’enfant”….aussi est ce un bol de soupe à fruits au milieu là?
    Ca va à Paris Mathilde? Ca vous manque Londres?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s